Un allié démocratique d’Extrême-droite change la vie politique grecque

L’U.D.P A CONCLU UN ACCORD AVEC LE FRONT HELLENIQUE, partie intégrante du L.A.O.S au cours de l’Eté 2009 …

Créditée de 7% des voix aux élections de dimanche, cette extrême droite grecque a été longtemps ignorée dans un pays sorti de la dictature des colonels en 1994.

Dans les rues d’Athènes, ses affiches sont placardées tous les cinq mètres : «Caramanlis, Papandréou, encore les mêmes», ou «Nouvelle démocratie, Pasok, Siemens, les scandales, maintenant, tu sais.» Au cœur de ses publicités, figure le visage souriant de Giorgos Karatzaferis, le leader du parti du Laos, «L’alarme populaire orthodoxe», apparenté à l’extrême droite.

Dans la foulée des émeutes de décembre 2008, durant lesquelles les anarchistes avaient mis Athènes à feu et à sang, on attendait l’extrême gauche dans les urnes des européennes du printemps 2009. Ce fut l’extrême droite, qui a effectué une véritable percée, avec 7% des suffrages.

«Nous voulons 15 députés sur 300»

Créditée d’un score semblable aux élections de dimanche, cette extrême droite grecque, longtemps ignorée dans un pays sorti de la dictature des colonels en 1974, s’installe dans le paysage politique. Un conseiller du président de cette formation affiche désormais de fortes prétentions : «Nous voulons avoir 15 députés sur 300 dans le prochain Parlement

Selon lui, «les Grecs sont lassés par le népotisme et la corruption. Ils voient les forêts calcinées chaque année, des émeutes éclater à tout va, des attentats de groupuscules terroristes.» L’atout majeur du Laos, souligne cet expert électoral, c’est le ralliement de l’ancien directeur des services secrets grecs, symbole de discipline dans un pays en pleine crise sociétale.

«Le parti Laos prône le retour à l’identité hellénique»

Giorgos Karatzaferis, un ancien disc-jockey radio, puis garde du corps, aujourd’hui propriétaire d’une chaîne de télévision, s’adresse aux déçus du système étatique. Mais sa campagne électorale s’appuie aussi, et surtout, sur la lutte contre les migrants qui «menacent l’homogénéité de la Grèce», et l’opposition à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Selon le professeur de sociologie Persa Zeri, le leader du Laos a compris «l’exaspération des Grecs. Entre le port du Pirée vendu aux Chinois, la compagnie nationale aérienne à un groupe des Émirats et les télécoms aux Allemands, il prône un retour à l’identité hellénique ».

Résultats des élections législatives grecques du 4 octobre 2009
Parti Votes Sièges
No. +−  No. +−
  Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) 3 012 373 43,92 % +5,82 160 +58 53,33 %
  Nouvelle démocratie (ND) 2 295 967 33,48 % -8,36 91 -61 30,33 %
  Parti communiste de Grèce (KKE) 517 154 7,54 % -0,61 21 -1 7 %
  Alerte populaire orthodoxe (LAOS) 386 152 5,63 % +2,83 15 +5 5 %
  Coalition de la gauche radicale (SYRIZA) 315 627 4,60 % -0,44 13 -1 4,33 %
  Verts écologistes (OP) 173 449 2,53 % +1,48 0 = 0 %
  Autres 157 620 2,30 % +0,29 0 = 0 %
Suffrages exprimés 6 856 067 100,00%
Blancs et nuls 186 056 2,64 %
Total 7 042 512 70,92 % 300
Inscrits 9 930 717

 

Ce contenu a été publié dans L'alternative européenne: un entrelacs des possibles pour l'Union de la Droite Patriote. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*