L’Union de la Droite Patriote, un parti démocratique d’Extrême-Droite sur les traces de Force Nationale et Wallonie d’abord

Le 8 octobre 2006, en Belgique, Force nationale obtenait un conseiller communal et deux conseillers provinciaux. L’un d’eux est Juan Lemmens, son secrétaire politique. Déjà forte d’un sénateur, cette dissidence frontiste prenait de l’ampleur.

Présente pour la première fois à des élections en octobre 2006, Force nationale obtient globalement de faibles résultats. Cependant, cette récente dissidence du Front national fait beaucoup mieux que le Front nouveau de Belgique (FNB), fondé il y a plus de dix ans par d’autres déçus du FN. Il faut dire que Force Nationale rassemble plus de monde que le FNB et est surtout mieux implanté en Wallonie et à Bruxelles, avec plus de dix sections locales.

Trois élus + un sénateur

Le 8 octobre 2006 , Force nationale est arrivée en deuxième position sur le podium des partis d’extrême droite belge francophone, devant le FNB et après le FN  »féretiste ». Déjà représentée par l’un des deux sénateurs FN (élus en 2004), qui fit scission pour fonder le parti Force nationale, cette nouvelle formation politique wallone renforce aujourd’hui sa représentativité politique suite à l’élection d’un conseiller communal et de deux conseillers provinciaux.

Le premier, Jacques Lespire, a été élu dans la commune de Dison (Province de Liège). Les seconds l’ont été dans les provinces de Hainaut et du Brabant wallon. Au conseil provincial de ce dernier, c’est Juan Lemmens, le secrétaire politique de Force nationale en personne, qui siégera. Un militant d’extrême droite de longue date qui passa par diverses structures politiques : GRECE-Belgique, UDRT, Front national, Front nouveau de Belgique, Parti social-démocrate, Bloc national… De 1995 à 1999, il fut député régional bruxellois du FN de Daniel Féret, avant de rejoindre la direction du FNB, avec Roger Nols, l’ex-bourgmestre libéral de Schaerbeek.

Qui est Wallonie D’Abord?

Wallonie D’Abord est née de la constatation que la crise économique et sociale actuelle nécessite une réorganisation en profondeur de la Belgique au profit de la Wallonie.

La Flandre connaît une crise liée à des structures industrielles dépassées (automobile, etc…) alors que la Wallonie peut se développer grâce aux Energies durables, aux nouveaux Investisseurs de l’Informatique et à la Recherche…

La Wallonie peut redevenir une Région prospère si elle se donne les moyens d’investir chez elle.Ainsi, la nouvelle richesse de la Wallonie garantira à tous les citoyens wallons un bien-être correct et mérité.Le destin de la Wallonie est de s’inscrire comme une Région active et dynamique au sein de l’Europe.

La politique de l’emploi doit garantir à tous un salaire et des prestations sociales décentes.La politique d’intégration pour les nouveaux arrivants doit être orientée vers des personnes particulièrement motivées qui la méritent par leur travail et le respect de nos lois et de nos valeurs.

Les nouveaux postes de travail doivent être attribués en priorité aux résidents actuels et aux ressortissants de l’Union européenne si ces postes nécessitent une main d’œuvre extérieure.L’accueil des extra-européens ne peut se faire que sur base des besoins réels et en respectant des procédures claires, transparentes, rapides et démocratiques : nous souhaitons l’adoption d’une carte bleue permettant de tracer une frontière claire entre les résidents légaux et ceux qui ne le sont pas.

Enfin, le progrès économique de la Wallonie ne se fera pas sans l’établissement d’une politique de Sécurité ferme en Wallonie.Le droit à la sécurité est un droit sacré. Il est inadmissible que nombre de quartiers dans nos villes et villages subissent la criminalité et le vandalisme. Trop de personnes âgées, de femmes seules et d’enfants vivent dans un climat de peur continuelle.

Pour ramener la sécurité dans nos villes et communes, il faudra appliquer une politique de tolérance zéro. Cela veut dire réagir contre chaque forme de criminalité, vandalisme ou délabrement. Les criminels ne sauraient avoir l’impression que les autorités abandonnent la partie et que la police se retire de certains quartiers. Les exemples étrangers prouvent qu’une politique de tolérance zéro porte ses fruits.

La police doit être réaffectée à sa principale mission, qui est la protection des personnes et des biens et un corps de gardiens de la Paix doit être créé afin de réinvestir les quartiers abandonnés : ce corps permettra aussi à de nombreux jeunes d’effectuer des tâches de Prévention et de Sécurité utiles à la Société.

Le 9 mars 2008, en France, l’Union de la Droite Patriote fait élire 17 conseillers municipaux dans des communes de Bretagne et Normandie …

 » Les quatre listes présentées par l’Union de la Droite Patriote en Bretagne, et nos candidats figurant sur des listes de droite française en Bretagne et en Normandie ont réalisé en moyenne 7,2% des suffrages exprimés au premier tour des élections municipales et cantonales: c’est un bon résultat pour une première participation à un scrutin national. Quatre de nos candidats bretons aux élections cantonales ont ainsi été présents au second tour, sans pouvoir devancer leurs adversaires en raison du scrutin majoritaire. Je le déplore, comme je regrette que les candidates et candidats du mouvement n’aient pu franchir la barre symbolique des 1 % en région Centre  et dans les Pays de la Loire; ces contrées où l’Union de la Droite Patriote n’est pas parvenu à s’implanter…  »
Alexandre de Juziers, Secrétaire Général de l’Union de la Droite Patriote
Publié dans Des nouvelles de l'Union de la Droite Patriote | Laisser un commentaire

9° Congrès de Flers du 9 janvier 2010: Alexandre de Juziers réélu Secrétaire Général face à Aristo Sanctaduce et au Collectif républicain

Flers

Château de Flers
Château de Flers

Armoiries
Détail
logo
Administration
Pays France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton chef-lieu de Flers-Nord
et de Flers-Sud
Code commune 61169
Code postal 61100
Maire
Mandat en cours
Yves Goasdoué
20082014
Intercommunalité Communauté d’agglomération du Pays de Flers
Site internet www.agglo-paysdeflers.fr
Démographie
Population 16 094 hab. (2006)
Densité 761 hab./km²
Gentilé Flérien(ne)s
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 07″ Nord
       0° 33′ 38″ Ouest
/ 48.751832, -0.560474
Altitudes mini. 182 m — maxi. 276 m
Superficie 21,15 km²

Voir la carte physique

BRETAGNE
Siège de Saint-Brieuc

Alexandre de Juziers ……………… 49,4 %
Aristo Sanctaduce …………………. 12,6 %
Collectif républicain ……………….. 38,0 %
 
CENTRE LOIRE
Local de Chartres
Alexandre de Juziers ………………   6,0 %
Aristo Sanctaduce …………………. 26,6 %
Collectif républicain ……………….. 67,4 %
 
NORMANDIE
Local de Flers
Alexandre de Juziers ……………… 36,7 %
Aristo Sanctaduce …………………. 56,0 %
Collectif républicain ………………..   7,3 %
 
PICARDIE
Local de Saint-Quentin
Alexandre de Juziers ……………… 79,8 %
Aristo Sanctaduce …………………. 20,2 %
Collectif républicain ………………..   0,0 %
 
CORSE / D.O.M T.O.M
Local de Saint-Pierre et Miquelon
Alexandre de Juziers ……………… 46,3 %
Aristo Sanctaduce ………………….  8,7 %
Collectif républicain ……………….. 45,0 %
 
NATIONAL
Siège de Saint-Brieuc
Alexandre de Juziers ……………… 43,6 %
Aristo Sanctaduce …………………. 24,8 %
Collectif républicain ……………….. 31,6 %

Publié dans Des nouvelles de l'Union de la Droite Patriote | Laisser un commentaire

Un allié démocratique d’Extrême-droite change la vie politique grecque

L’U.D.P A CONCLU UN ACCORD AVEC LE FRONT HELLENIQUE, partie intégrante du L.A.O.S au cours de l’Eté 2009 …

Créditée de 7% des voix aux élections de dimanche, cette extrême droite grecque a été longtemps ignorée dans un pays sorti de la dictature des colonels en 1994.

Dans les rues d’Athènes, ses affiches sont placardées tous les cinq mètres : «Caramanlis, Papandréou, encore les mêmes», ou «Nouvelle démocratie, Pasok, Siemens, les scandales, maintenant, tu sais.» Au cœur de ses publicités, figure le visage souriant de Giorgos Karatzaferis, le leader du parti du Laos, «L’alarme populaire orthodoxe», apparenté à l’extrême droite.

Dans la foulée des émeutes de décembre 2008, durant lesquelles les anarchistes avaient mis Athènes à feu et à sang, on attendait l’extrême gauche dans les urnes des européennes du printemps 2009. Ce fut l’extrême droite, qui a effectué une véritable percée, avec 7% des suffrages.

«Nous voulons 15 députés sur 300»

Créditée d’un score semblable aux élections de dimanche, cette extrême droite grecque, longtemps ignorée dans un pays sorti de la dictature des colonels en 1974, s’installe dans le paysage politique. Un conseiller du président de cette formation affiche désormais de fortes prétentions : «Nous voulons avoir 15 députés sur 300 dans le prochain Parlement

Selon lui, «les Grecs sont lassés par le népotisme et la corruption. Ils voient les forêts calcinées chaque année, des émeutes éclater à tout va, des attentats de groupuscules terroristes.» L’atout majeur du Laos, souligne cet expert électoral, c’est le ralliement de l’ancien directeur des services secrets grecs, symbole de discipline dans un pays en pleine crise sociétale.

«Le parti Laos prône le retour à l’identité hellénique»

Giorgos Karatzaferis, un ancien disc-jockey radio, puis garde du corps, aujourd’hui propriétaire d’une chaîne de télévision, s’adresse aux déçus du système étatique. Mais sa campagne électorale s’appuie aussi, et surtout, sur la lutte contre les migrants qui «menacent l’homogénéité de la Grèce», et l’opposition à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Selon le professeur de sociologie Persa Zeri, le leader du Laos a compris «l’exaspération des Grecs. Entre le port du Pirée vendu aux Chinois, la compagnie nationale aérienne à un groupe des Émirats et les télécoms aux Allemands, il prône un retour à l’identité hellénique ».

Résultats des élections législatives grecques du 4 octobre 2009
Parti Votes Sièges
No. +−  No. +−
  Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) 3 012 373 43,92 % +5,82 160 +58 53,33 %
  Nouvelle démocratie (ND) 2 295 967 33,48 % -8,36 91 -61 30,33 %
  Parti communiste de Grèce (KKE) 517 154 7,54 % -0,61 21 -1 7 %
  Alerte populaire orthodoxe (LAOS) 386 152 5,63 % +2,83 15 +5 5 %
  Coalition de la gauche radicale (SYRIZA) 315 627 4,60 % -0,44 13 -1 4,33 %
  Verts écologistes (OP) 173 449 2,53 % +1,48 0 = 0 %
  Autres 157 620 2,30 % +0,29 0 = 0 %
Suffrages exprimés 6 856 067 100,00%
Blancs et nuls 186 056 2,64 %
Total 7 042 512 70,92 % 300
Inscrits 9 930 717

 

Publié dans L'alternative européenne: un entrelacs des possibles pour l'Union de la Droite Patriote | Laisser un commentaire

8° Congès du 3 Janvier 2009 à Rennes: des statuts et un programme pour l’U.D.P

Union de la Droite Patriote : un programme et des statuts …

8° CONGRES DU SAMEDI 3 JANVIER 2009 A RENNES :

STATUTS ET PROGRAMME OFFICIELS POUR LA DROITE DE COMBAT … 

Ce sont aussi des statuts qui sont présentés aux membres de l’U.D.P par Alexandre de Juziers .

C’est le congrès des militants et sympathisants de l’Union de la Droite Patriote ( U.D.P ), issu de l’association d’un cercle de philosophie politique déclaré en 1989 à la Préfecture et de l’Alliance nationale, auxquels se sont joints deux anciens membres influents de Droite Libérale Chrétienne. Les participants du " Congré fondateur de Brest " des 18, 19 et 20 juin 2001 étaient des membres du Centre National des Indépendants qui, contrairement à la direction d’alors, s’opposent depuis avec Alexandre de Juziers à la politique gouvernementale. Après son 8° congrès du samedi 3 janvier 2009 consacré au vote de ses satuts, l’U.D.P reste dans l’Opposition … tout en optant pour un positionnement politique " divers droite ", soit indépendant des partis traditionnels dits de droite. De facto, l’Union de la Droite Patriote parvient à rassembler aujourd’hui une centaine d’ahérents d’origines diverses: nationalistes pour la plupart, mais souvent aussi démocrates-chrétiens ou libéraux, et même pour certains écologistes.

 

Peuplée de 200 000 habitants, préfecture de l’Ille-et-Vilaine et capitale de la Bretagne, Rennes est située au confluent de l’Ille et de la Vilaine.  Presque entièrement détruite, malheureusement, par un incendie en 1720, Rennes conserve cependant un vieux quartier abritant de nombreuses demeures anciennes. D’autres part figurent le Palais de Justice, les musées de Bretagne et des Beaux-Arts ainsi que l’église Notre-Dame-en-Saint-Mélaine, située dans les jardins du Thabor.
STATUTS ET PROGRAMME OFFICIELS
Le 8° congrès de Rennes avec Alexandre de Juziers 


Un congrès annuel depuis 2001
Un comité directeur élu pour 4 ans depuis 2002
Un secrétaire général élu pour 4 ans depuis 2002
Un président de congrès désigné en son sein par le comité directeur depuis 2007
Une première participation aux élections municipales et cantonales de 2008
Une centaine d’adhérents et militants

Albums

File
programme.pdf

70 KB
File
Statuts du 8° Congrès de Rennes.doc

77 KB

 


Publié dans Des nouvelles de l'Union de la Droite Patriote | Laisser un commentaire

Des résultats pour une première participation aux élections municipales et cantonales

Reims, 4 janvier 2008: adieu aux sous-bois d’Azay-le-rideau et au château de la Belle au bois dormant, et bonjour à la salle des fêtes de la mairie de Reims… c’est la deuxième assemblée des Jeunes de l’Union de la Droite Patriote, les Jeunesses Patriotes qui regroupent les adhérentes et adhérents de moins de trente ans. C’est aussi la perspective des élections municipales du printemps 2008: quatre listes présentées par l’Union de la Droite Patriote en Bretagne, et un certain nombre de candidats figurant sur des listes de droite française en Bretagne, et même en région Centre et en Normandie… peu d’élus au bout du chemin, peut-être aucun, mais une expérience de démocratie participative qui continue, envers et contre tous les suppots de la mondialisation et de la dictature des bureaucrates départementaux associés. 

Les résultats des élections municipales & cantonales 2008

4 candidats de l’Union de la Droite Patriote au second tour …
Accédez à l’information politique de votre commune
Bretagne
Les résultats dans votre village
Bretagne – Centre – Normandie
Saisissez le nom de votre ville ou son code postal
 Ma commune 
 
" Les quatre listes présentées par l’Union de la Droite Patriote  en Bretagne, et nos candidats figurant sur des listes de droite française en Bretagne et en Normandie ont totalisé en moyenne 7,2% des suffrages exprimés au premier tour des élections municipales et cantonales: c’est un bon résultat général pour une première participation à un scrutin national. Quatre de nos candidats ont ainsi été présents au second tour, sans pouvoir devancer leurs adversaires en raison du scrutin majoritaire. Je le déplore, comme je regrette que les candidates et candidats du mouvement n’aient pu franchir la barre symbolique des 1 % en région Centre où l’Union de la Droite Patriote n’est pas parvenu à s’implanter."
Alexandre de Juziers, Secrétaire Général de l’Union de la Droite Patriote
Cliquez pour visualiser les résultats d’une élection :
 
7,2% dans les cantons et communes de Bretagne et Basse Normandie


Un congrès annuel depuis 2001
Un comité directeur élu pour 4 ans depuis 2002
Un secrétaire général élu pour 4 ans depuis 2002
Un président de congrès désigné en son sein par le comité directeur depuis 2007
Une première participation aux élections municipales et cantonales de 2008
Une centaine d’adhérents et militants

Publié dans Des nouvelles de l'Union de la Droite Patriote | Laisser un commentaire

Après les Belges de Force Nationale, un allié d’Europe de l’Est pour l’Union de la Droite Patriote

Le mouvement Jobbik qui signifie à la fois « le juste » et « le plus à droite » vient d’inaugurer sa « Garde Hongroise », alias Magyar Gárda, lors d’une cérémonie d’intronisation symboliquement organisée entre la Résidence présidentielle et le Château. Cette garde n’a aucun lien avec l’Etat hongrois, mais n’en revendique pas moins sa vocation de force de défense nationale. L’orientation politique du parti fait gonfler la polémique.

                www.jobbik.com/ 
    
La mélodie exaltée du Magyar Hymnus retentit. L’émotion est intense. La voix des plus âgés, vibrante, se démarque. La cérémonie commence pour de bon. Environ un millier de personnes sont venues assister à ce qui ressemble de loin à un concours de drapeau, de plus près à une manifestation anti-française, et d’encore plus près à une remise de grade officielle.

La députée Fidesz Mária Wittner, survivante de 1956, a ouvert le bal. On a vu fleurir en cette fin d’été sur les murs de Budapest les slogans « Minden ‘56 » (« c’est toujours 1956 »), en allusion à la révolution anti-soviétique. Très vite, la foule entame de véhéments « Gyurcsány takarodj !!! », réclamant ainsi la démission du Premier ministre. On s’aperçoit vite de la parenté de cette célébration avec les manifestations anti-gouvernementales de l’année passée qui s’était terminées en émeutes. Le site Internet de Jobbik revendique d’ailleurs ce point : « Le drapeau de rayures Árpád était un signe commun pendant les manifestations et émeutes ».

D’autres huées se sont faites entendre : le nom de Tom Lantos, survivant à l’Holocauste et représentant des Etats-Unis, qui avait dénoncé des « fanatiques fous » et promis l’interdiction d’entrée aux USA des membres de la Gárda, a été amplement sifflé et raillé.

La célébration n’a en fait pour autre but que d’introniser les 56 – ce nombre revient comme un leitmotiv – premiers membres de la Garde Hongroise, prolongement du parti Jobbik, censée remédier au manque d’« autodéfense physique, mentale ou spirituelle » selon la formule utilisée par Gábor Vona, président de Jobbik, dans une interview publiée par le Népszabadság. Selon M. Vona, la création de cette garde, dont il est prévu qu’elle atteigne rapidement 1000 participants, a été organisée « afin de porter le vrai changement de régime  et de secourir les Hongrois ». Bien que ni la nature précise des risques ni celle d’un possible ennemi extérieur n’aient été apportées, la Garde s’annonce prête pour une « situation de guerre ».

C’est en effet ce que l’on comprend à la vue de ces gardes paramilitaires qui s’élancent fièrement à l’appel de leur nom et sous les applaudissements du public. Un à un, ils sortent du rang et montrent ainsi à leur famille et amis présents un uniforme noir avec un lion blanc rugissant dans le dos et, sur le cœur et la casquette, un blason simple : les lignes blanches et rouges d’Árpád, fondateur de la monarchie hongroise.

Et pour que la cérémonie ne soit pas incomplète, à la présence du « gyula » –« chef militaire » dans la société originelle hongroise – s’est rajoutée celle de « kendés » – « chefs religieux ». Trois ecclésiastiques, issus des églises catholique, réformée et évangélique, s’étaient en effet joints à la fête. Les références religieuses entendues étaient d’ailleurs exclusivement chrétiennes. Aucun autre groupe confessionnel n’était présent.

Jobbik – The Movement For A Better Hungary official programme
GaborBethlenProgramme
Please click on the picture to download the pdf file.

La polémique des symboles  

La Garde de Jobbik a été représentée par trois groupes de tenues différentes. Le premier était composé des 56 gardes. Leur veste sans manche se rapproche de la tenue traditionnelle des paysans hongrois. Mais le pantalon rentré dans les rangers, la casquette, la couleur noire et le blason d’Árpád sont nettement moins anecdotiques. C’était effectivement ces couleurs de la maison royale hongroise qui caractérisaient les « Nyilaskereszt », c’est-à-dire les Croix Fléchées, à la tête du régime dans les années quarante. Depuis, le symbole de la croix fléchée est interdite en Hongrie comme la svastika ou l’étoile rouge.

La tenue du second groupe était plus « militaire » : casquette et pantalon de treillis vert kaki, chemise beige. Le troisième groupe enfin, se résumant à quelques personnes et faisant face aux deux autres groupes, était composé d’hommes vêtus de longues tenues blanches des pieds à la tête, avec deux ouvertures par lesquelles on peut sortir les bras. Sur le torse, un large blason : une vierge à l’enfant sur fond rouge et blanc. Au cou, une croix pattée blanche.

Garde Hongroise contre Garde Nationale : le défi politique de la droite

Après les représentants du Jobbik et la députée Mária Wittner, c’était au tour de Lajos Für du parti conservateur. La présence de cet ancien ministre de la défense stigmatise la volonté de faire de la Garde Hongroise une garde nationale. Mais cette milice privée n’a pas cette prérogative et n’est absolument pas intégrée à l’armée. Lorsque la question de l’entraînement militaire se pose, interdit par la législation actuelle, Gábor Vona, à la tête donc du parti et de sa garde, affirme qu’il « a l’espoir que la Garde trouve un moyen d’enseigner à ses membres comment utiliser des armes à feu ». L’aspect paramilitaire de ce groupe est donc affirmé autant que la nécessité d’instaurer un magistère moral dans un pays qui serait en pleine déliquescence.

La création de la Magyar Gárda fait partie d’un plan du parti Jobbik pour la création d’une Garde Nationale officielle, dont la Magyar Gárda représente le premier pas. Si l’on ne sait pas si la Garde Hongroise serait alors le noyau dur de cette Garde Nationale, on sait cependant que l’idée de cette dernière est déjà en question au Parlement. Le ministre de la défense n’est pas opposé à l’idée, proposée par le parti chrétien-démocrate national KDNP, d’une force civile volontaire pour remédier aux catastrophes naturelles et soutenir l’armée en cas de conflit. Une police civile de quartier existe déjà. Contrôlée par un gouvernement et un Parlement démocratiquement élu, de création endogène à l’Etat, avec un rôle limité à certaines missions humanitaires ou de soutien, l’idée de cette Garde Nationale reste cependant bien loin de la Magyar Gárda.

Le Président László Sólyom, dont les divergences avec le chef du gouvernement sont de notoriété publique, a pour sa part exprimé une vision ménageant à la fois le Jobbik et ses opposants. Le parti Jobbik, présent politiquement dans certaines municipalités, n’a aucun siège au Parlement.

La Magyar Gárda est donc au centre d’un jeu politique intense. L’opposition conservatrice joue sur les mêmes symboles délicats et l’antigouvernementalisme du Jobbik comme preuve de l’illégitimité du Premier ministre. Quant à la majorité en place, elle critique l’opposition qu’elle estime trop timide à condamner le parti Jobbik. En attendant, et même maladroitement, la garde marche au pas, au son des tambours et sous les applaudissements.

Publié dans L'alternative européenne: un entrelacs des possibles pour l'Union de la Droite Patriote | Laisser un commentaire

7° Congrès de Reims: motion relative aux mentions légales ou la propriété intellectuelle de l’Union de la Droite Patriote

Compte tenu de la motion spécifique au fonctionnement interne du parti présentée et approuvée à la majorité absolue des membre présents lors du 7° Congrès de Reims du 4 janvier 2008, les dispositions suivantes sont applicables à l’intégralité de ce blog intitulé " Droite Patriote " y compris les liens, logos, photographies, ou autres accessoires :

    

7° CONGRES DE REIMS


Un congrès annuel depuis 2001
Un comité directeur élu pour 4 ans depuis 2002
Un secrétaire général élu pour 4 ans depuis 2002
Un président de congrès désigné en son sein par le comité directeur depuis 2007
Une première participation aux élections municipales et cantonales de 2008
Une centaine d’adhérents et militants

Code de la propriété intellectuelle (partie législative)
Première partie – La propriété littéraire et artistique
LIVRE Ier – LE DROIT D’AUTEUR

TITRE Ier – OBJET DU DROIT D’AUTEUR

Art. L. 111-1. L’auteur d’une oeuvre de l’esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d’ordre intellectuel et moral ainsi que des attributs d’ordre patrimonial, qui sont déterminés par les livres Ier et III du présent code. L’existence ou la conclusion d’un contrat de louage d’ouvrage ou de service par l’auteur d’une oeuvre de l’esprit n’emporte aucune dérogation à la jouissance du droit reconnu par l’alinéa 1er.
(Modification issue du projet de loi relatif au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information voté par le Parlement le 30 juin 2006)
L’existence ou la conclusion d’un contrat de louage d’ouvrage ou de service par l’auteur d’une œuvre de l’esprit n’emporte pas dérogation à la jouissance du droit reconnu par le premier alinéa du présent article, sous réserve des exceptions prévues par le présent code. Sous les mêmes réserves, il n’est pas non plus dérogé à la jouissance de ce même droit lorsque l’auteur de l’œuvre de l’esprit est un agent de l’Etat, d’une collectivité territoriale, d’un établissement public à caractère administratif, d’une autorité administrative indépendante dotée de la personnalité morale ou de la Banque de France. Les dispositions des articles L. 121-7-1, L. 131-3-1 à L. 131-3-3 ne s’appliquent pas aux agents auteurs d’œuvres dont la divulgation n’est soumise, en vertu de leur statut ou des règles qui régissent leurs fonctions, à aucun contrôle préalable de l’autorité hiérarchique.

Art. L. 111-2. L’oeuvre est réputée créée, indépendamment de toute divulgation publique, du seul fait de la réalisation, même inachevée de la conception de l’auteur.

Art. L. 111-3. La propriété incorporelle définie par l’article L. 111-1 est indépendante de la propriété de l’objet matériel. L’acquéreur de cet objet n’est investi, du fait de cette acquisition d’aucun des droits prévus par le présent code sauf dans les cas prévus par les dispositions des deuxième et troisième alinéas de l’article L. 123-4. Ces droits subsistent en la personne de l’auteur ou de ses ayants droit qui, pourtant, ne pourront exiger du propriétaire de l’objet matériel la mise à leur disposition de cet objet pour l’exercice desdits droits. Néanmoins, en cas d’abus notoire du propriétaire empêchant l’exercice du droit de divulgation, le tribunal de grande instance peut prendre toute mesure appropriée, conformément aux dispositions de l’article L. 121-3.

Art. L. 111-4. Sous réserve des dispositions des conventions internationales auxquelles la France est partie, dans le cas où, après consultation du ministre des affaires étrangères, il est constaté qu’un Etat n’assure pas aux oeuvres divulguées pour la première fois en France sous quelque forme que ce soit une protection suffisante et efficace, les oeuvres divulguées pour la première fois sur le territoire de cet Etat ne bénéficient pas de la protection reconnue en matière de droit d’auteur par la législation française. Toutefois, aucune atteinte ne peut être portée à l’intégrité ni à la paternité de ces oeuvres. Dans l’hypothèse prévue à l’alinéa 1er ci-dessus, les droits d’auteur sont versés à des organismes d’intérêt général désignés par décret.

Art. L 111-5. Sous réserve des conventions internationales, les droits reconnus en France aux auteurs de logiciels par le présent code sont reconnus aux étrangers sous la condition que la loi de l’Etat dont ils sont les nationaux ou sur le territoire duquel ils ont leur domicile, leur siège social ou un établissement effectif accorde sa protection aux logiciels créés par les nationaux français et par les personnes ayant en France leur domicile ou un établissement effectif.

Art. L. 112-4. Le titre d’une oeuvre de l’esprit, dès lors qu’il présente un caractère original, est protégé comme l’oeuvre elle-même. Nul ne peut, même si l’oeuvre n’est plus protégée dans les termes des articles L. 123-1 à L. 123-3, utiliser ce titre pour individualiser une oeuvre du même genre, dans des conditions susceptibles de provoquer une confusion.

Art. L. 113-1. La qualité d’auteur appartient, sauf preuve contraire, à celui ou à ceux sous le nom de qui l’oeuvre est divulguée.

Art. L. 113-4. L’oeuvre composite est la propriété de l’auteur qui l’a réalisée, sous réserve des droits de l’auteur de l’oeuvre préexistante.

TITRE II – DROITS DES AUTEURS *

——————————————————————————–

Chapitre Ier – Droits moraux (articles L.121-1 à L.121-9)
Chapitre II – Droits patrimoniaux (article L.122-1 à L.122-12)
Chapitre III – Durée de la protection (articles L.123-1 à L.123-5)

——————————————————————————–
Art. L. 121-1. L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible. Il est transmissible à cause de mort aux héritiers de l’auteur. L’exercice peut être conféré à un tiers en vertu de dispositions testamentaires.

Art. L. 121-2. L’auteur a seul le droit de divulguer son oeuvre. Sous réserve des dispositions de l’article L. 132-24, il détermine le procédé de divulgation et fixe les conditions de celle-ci. Après sa mort, le droit de divulgation de ses oeuvres posthumes est exercé leur vie durant par le ou les exécuteurs testamentaires désignés par l’auteur. A leur défaut, ou après leur décès, et sauf volonté contraire de l’auteur, ce droit est exercé dans l’ordre suivant : par les descendants, par le conjoint contre lequel n’existe pas un jugement passé en force de chose jugée de séparation de corps ou qui n’a pas contracté un nouveau mariage, par les héritiers autres que les descendants qui recueillent tout ou partie de la succession et par les légataires universels ou donataires de l’universalité des biens à venir. Ce droit peut s’exercer même après l’expiration du droit exclusif d’exploitation déterminé à l’article L. 123-1.

Art. L. 121-3. En cas d’abus notoire dans l’usage ou le non-usage du droit de divulgation de la part des représentants de l’auteur décédé visés à l’article L. 121-2, le tribunal de grande instance peut ordonner toute mesure appropriée. Il en est de même s’il y a conflit entre lesdits représentants, s’il n’y a pas d’ayant droit connu ou en cas de vacance ou de déshérence. Le tribunal peut être saisi notamment par le ministre chargé de la culture.

Art. L. 121-4. Nonobstant la cession de son droit d’exploitation, l’auteur, même postérieurement à la publication de son oeuvre, jouit d’un droit de repentir ou de retrait vis-à-vis du cessionnaire. Il ne peut toutefois exercer ce droit qu’à charge d’indemniser préalablement le cessionnaire du préjudice que ce repentir ou ce retrait peut lui causer. Lorsque, postérieurement à l’exercice de son droit de repentir ou de retrait, l’auteur décide de faire publier son oeuvre, il est tenu d’offrir par priorité ses droits d’exploitation au cessionnaire qu’il avait originairement choisi et aux conditions originairement déterminées.

Art. L. 121-8. L’auteur seul a le droit de réunir ses articles et ses discours en recueil et de les publier ou d’en autoriser la publication sous cette forme. Pour toutes les oeuvres publiées ainsi dans un journal ou recueil périodique l’auteur conserve, sauf stipulation contraire, le droit de les faire reproduire et de les exploiter, sous quelque forme que ce soit, pourvu que cette reproduction ou cette exploitation ne soit pas de nature à faire concurrence à ce journal ou à ce recueil périodique.

Art. L. 122-1. Le droit d’exploitation appartenant à l’auteur comprend le droit de représentation et le droit de reproduction.

Art. L. 122-2. La représentation consiste dans la communication de l’oeuvre au public par un procédé quelconque, et notamment :
1° Par récitation publique, exécution lyrique, représentation dramatique, présentation publique, projection publique et transmission dans un lieu public de l’oeuvre télédiffusée ;
2° Par télédiffusion.
La télédiffusion s’entend de la diffusion par tout procédé de télécommunication de sons, d’images, de documents, de données et de messages de toute nature. Est assimilée à une représentation l’émission d’une oeuvre vers un satellite.

Art. L. 122-3. La reproduction consiste dans la fixation matérielle de l’oeuvre par tous procédés qui permettent de la communiquer au public d’une manière indirecte. Elle peut s’effectuer notamment par imprimerie, dessin, gravure, photographie, moulage et tout procédé des arts graphiques et plastiques, enregistrement mécanique, cinématographique ou magnétique. Pour les oeuvres d’architecture, la reproduction consiste également dans l’exécution répétée d’un plan ou d’un projet type.

Art. L. 122-4. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.

Art. L. 122-6. Sous réserve des dispositions de l’article L. 122-6-1, le droit d’exploitation appartenant à l’auteur d’un logiciel comprend le droit d’effectuer et d’autoriser :
1° La reproduction permanente ou provisoire d’un logiciel en tout ou partie par tout moyen et sous toute forme. Dans la mesure où le chargement, l’affichage, l’exécution, la transmission ou le stockage de ce logiciel nécessitent une reproduction, ces actes ne sont possibles qu’avec l’autorisation de l’auteur ;
2° La traduction, l’adaptation, l’arrangement ou toute autre modification d’un logiciel et la reproduction du logiciel en résultant ;
3° La mise sur le marché à titre onéreux ou gratuit, y compris la location, du ou des exemplaires d’un logiciel par tout procédé. Toutefois, la première vente d’un exemplaire d’un logiciel dans le territoire d’un Etat membre de la Communauté européenne ou d’un Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen par l’auteur ou avec son consentement épuise le droit de mise sur le marché de cet exemplaire dans tous les Etats membres à l’exception du droit d’autoriser la location ultérieure d’un exemplaire.

Art. L. 122-7-1. (Modification issue du projet de loi relatif au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information voté par le Parlement le 30 juin 2006)
L’auteur est libre de mettre ses œuvres gratuitement à la disposition du public, sous réserve des droits des éventuels coauteurs et de ceux des tiers ainsi que dans le respect des conventions qu’il a conclues.

Art. L. 122-9. En cas d’abus notoire dans l’usage ou le non-usage des droits d’exploitation de la part des représentants de l’auteur décédé visés à l’article L. 121-2, le tribunal de grande instance peut ordonner toute mesure appropriée. Il en est de même s’il y a conflit entre lesdits représentants, s’il n’y a pas d’ayant droit connu ou en cas de vacance ou de déshérence. Le tribunal peut être saisi notamment par le ministre chargé de la culture.

Art. L. 123-1. L’auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d’exploiter son oeuvre sous quelque forme que ce soit et d’en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l’auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants droit pendant l’année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent.

Art. L. 123-3. Pour les oeuvres pseudonymes, anonymes ou collectives, la durée du droit exclusif est de soixante-dix années à compter du 1 janvier de l’année civile suivant celle où l’oeuvre a été publiée. La date de publication est déterminée par tout mode de preuve de droit commun, et notamment par le dépôt légal. Au cas où une oeuvre pseudonyme, anonyme ou collective est publiée de manière échelonnée, le délai court à compter du ler janvier de l’année civile qui suit la date à laquelle chaque élément a été publié. Lorsque le ou les auteurs d’oeuvres anonymes ou pseudonymes se sont fait connaître, la durée du droit exclusif est celle prévue aux articles L. 123-1 ou L. 123-2. Les dispositions du premier et du deuxième alinéas ne sont applicables qu’aux oeuvres pseudonymes, anonymes ou collectives publiées pendant les soixante-dix années suivant l’année de leur création. Toutefois, lorsqu’une oeuvre pseudonyme, anonyme ou collective est divulguée à l’expiration de la période mentionnée à l’alinéa précédent, son propriétaire, par succession ou à d’autres titres, qui en effectue ou fait effectuer la publication jouit d’un droit exclusif de vingt-cinq années à compter du 1er janvier de l’année civile suivant celle de la publication.

 

Publié dans Le programme patriote et social du mouvement | Laisser un commentaire

Reims, lieu de rassemblement des Jeunesses Patriotes

 

Reims, 4 janvier 2008: adieu aux sous-bois d’Azay-le-rideau et au château de la Belle au bois dormant, et bonjour à la salle des fêtes de la mairie de Reims… c’est la deuxième assemblée des Jeunes d’Union de la Droite Patriote, qui regroupent les adhérentes et adhérents de moins de trente ans. C’est aussi la perspective des élections municipales du printemps 2008: quatre listes présentées par l’Union de la Droite Patriote en Bretagne, et un certain nombre de candidats figurant sur des listes de droite française en Bretagne, et même dans les pays de la Loire et en Normandie… peu d’élus au bout du chemin, peut-être aucun, mais une expérience de démocratie participative qui continue, envers et contre tous les suppots de la mondialisation et de la dictature des bureaucrates départementaux associés. 

49 personnes dans la salle à 13h: le noyau dur d’Union de la Droite Patriote  autour du secrétaire général et des membres de l’association de philosophie politique et des délégués généraux, notamment en Bretagne [ listes Union de la Droite Patriote dans 4 communes ], en région Centre [ candidats sur des listes de droite française dans 2 communes ] et en Normandie [ liste U.d.P dans un village ].

14h: après le buffet campagnard dans le local, on ferme à clé et toute l’équipe rejoint les véhicules spécialement apprétés au covoiturage; direction nord de Reims vers un lieu qui sera tenu secret: une grande salle louée au sous-sol d’un immeuble banal où sont attendues 97 personnes, adhérentes et pour la plupart inscrites sur les listes Union de la Droite Patriote  aux élections municipales. Il convient de préciser qu’une vingtaine d’entre eux figurent sur des listes de droite française.

Alors une militante de s’exclamer auprès du secrétaire général: " Vous êtes sûr que nous sommes bien à la 2° réunion des Jeunes d’Union de la Droite Patriote ? ". Et Alexandre de Juziers, Secrétaire Général de l’U.D.P de répondre: " Oui, bien sûr. Mais en raison des circonstances, soit les municipales dans deux mois, il a été décidé de réunir tous les adhérents sans exception. Dans la salle, pouvant accueillir 200 personnes, vous voyez maintenant tout le monde: un emplacement à part, sur la droite, pour les adhérents de moins de 30 ans, et tout le reste, soit à peu près 80 personnes formant un bloc au centre et à gauche de cette salle. Pratiquement toutes celles et tous ceux qui se trouvaient dans le local à 13h vont s’asseoir sur les 31 chaises disposées autour de la tribune. "

On ne pouvait être plus précis; il est 14h40 et dans vingt minutes le secrétaire général va prononcer son discours devant les quelques 150 adhérents d’ Union de la Droite Patriote . Trois volets abordés: 1- les Jeunesses Patriotes, objet initial de cette réunion; 2- les listes présentées par Union de la Droite Patriote  aux élections municipales; 3- la perspective de continuation au delà du printemps 2008.


   
7° CONGRES DE REIMS


Un congrès annuel depuis 2001
Un comité directeur élu pour 4 ans depuis 2002
Un secrétaire général élu pour 4 ans depuis 2002
Un président de congrès désigné en son sein par le comité directeur depuis 2007
Une première participation aux élections municipales et cantonales de 2008
Une centaine d’adhérents et militants


 

Publié dans Les Jeunesses Patriotes ou les Jeunes de l'Union de la Droite Patriote | Laisser un commentaire

Nos alliés européens sont Belges

Namur, 29 août 2007
Sauvons notre pays

Le Nationalisme c’est
1. Concept d’une vraie Nation :
1. Unir les citoyens.
2. Structurer leur union.
3. Agir pour l’intérêt général.
4. Réveiller les consciences.
5. Défendre le travailleur.

2. Principe du vrai Citoyen :
1. Le Citoyen défend son pays par conviction.
2. Le Citoyen est patriote par nature.
3. Le Citoyen est le pilier du bien commun.
4. Le Citoyen est l’héritier de ses ancêtres.
5. Le Citoyen défend la liberté, la grandeur et l’autonomie du pays.
6. Le Citoyen défend le territoire de la Belgique.

Le Socialisme c’est
défendre les notions d’égalité, d’égalitarisme et de solidarité. Il s’agit selon ses tenants de procéder à « l’abolition du gouvernement politique des hommes par d’autres hommes » et de « passer à une administration des choses par les hommes eux mêmes ». Le socialisme est ainsi un projet à la fois économique (collectivisme économique, autogestion, économie mixte), social (égalité), et politique (démocratie).

 

L’Alliance Force Nationale / Union de la Droite Patriote  pour l’Europe nouvelle

Accueil

Bonjour,
Dès aujourd’hui, la section La Louvière de Force Nationale sera relancée parce qu’il est impensable de laisser aller les choses pendant six ans. Sans élus à la commune de La Louvière (et pour cause la liste a subi d’énormes pressions et a dû se retirer) ce ne sera pas facile mais nous devons nous bouger sinon personne ne le fera. Les pressions subies par notre ancien responsable doivent nous prouver que nous sommes sur la bonne voie.
Remarquez que nous avons déjà un élu à la province du Hainaut. N’hésitez pas à lui faire part de vos interrogations.
Merci pour votre confiance.

Pour rejoindre FNationale (La Louvière) c’est par ici : ftp://ftp2.forcenationale.be/forcenationale/participer.pdf

Pour tout renseignement :

Force Nationale – Avenue Sergent Vrithoff 67/16 – 5000 Namur

 

Publié dans L'alternative européenne: un entrelacs des possibles pour l'Union de la Droite Patriote | Laisser un commentaire

Alexandre de Juziers, secrétaire général de l’Union de la Droite Patriote depuis le congrès de Brest des 18,19 et 20 juin 2001

 Union de la Droite Patriote

L’Union de la Droite Patriote, pour faire quoi ?

L’Union de la Droite Patriote: pour apporter à la vie politique française les idées nationales, radicales et les traditions bonapartistes qu’il entend incarner autour des valeurs fondamentales de la Patrie. L’Union de la Droite Patriote est un mouvement jeune et responsable qui entend au moyen de ce blog promouvoir ses idées et sa philosophie politique auprès des Françaises et des Français, de toutes celles et de tous ceux qui ont aujourd’hui la nationalité française. Les blogs politiques nous classent dans les divers-droite et celles et ceux qui connaissent l’Union de la Droite Patriote savent qu’il regroupe des personnes que l’on qualifie d’Indépendants et Patriotes.

Créé au cours de l’été 2001, l’Union de la Droite Patriote a attendu la fin de l’hiver 2005 pour mettre en place son organisation de jeunesses, et le printemps 2006 pour se rapprocher de la Nouvelle droite… pourquoi?

Parce qu’il fallait le temps à l’Union de la Droite Patriote pour s’organiser, se structurer. Une organisation de jeunesses telle que les Jeunesses Patriotes m’est très vite apparue nécessaire pour faire progresser les idées du parti en ma Bretagne natale et dans les contrées avoisinantes, non seulement en région Centre, puisque c’est en Indre-et-Loire, tout près du château d’Azay-le-Rideau, qu’a eu lieu la première réunion du Cercle responsable des Jeunesses Patriotes, dans le cadre du 6° Congès d’Azay-le-Rideau de l’Union de la Droite Patriote, le 1° janvier 2007, soit il n’y a même pas six mois. Quant au rapprochement avec le G.R.E.C.E d’Alain de Benoist, il ne date pas d’hier et ses idées sont aussi les notres.

Dix semaines avant le premier tour des élections présidentielles, nous vous interrogions dans nos mêmes murs de la cité bretonne et vous ne faisiez qu’une simple allusion à ces élections. Vous n’avez pas donné de consigne de vote ?

Pas du tout en effet: je pense que nos adhérents et sympathisants sont libres de leur choix et votent comme ils l’entendent. D’ailleurs, alors que le taux d’abstention n’aura été que de 15% au premier tour du 22 avril 2007, il est intéressant de remarquer qu’un Indépendant Patriote sur trois n’a pas voté. L’Union de la Droite Patriote ne présentait pas de candidat, en effet. Créé au cours de l’année 2001, il ne risquait pas d’en proposer non plus en avril et mai 2002. Pour l’heure, je crois que beaucoup de petites formations politiques comme la notre ont fait parler de leur candidat aux présidentielles au moins six mois avant le scrutin, et puis quand il a fallu apporter les cinq cents signatures d’élus locaux au Conseil constitutionnel, il n’y a plus eu que douze candidats. Je pense qu’il n’est pas louable pour la démocratie en France que l’on fasse tant de communiqués de presse ou de sondages pour des petits " candidats fantômes " qui se retrouvent en définitive absents de cette consultation électorale. C’est la raison pour laquelle les Indépendants Patriotes  n’ont à aucun moment envisagé de présenter un candidat ou une candidate aux élections présidentielles de 2007. A fortiori, je ne vois donc pas pourquoi l’Union de la Droite Patriote  aurait soutenu un candidat plutôt qu’un autre. Cela n’aurait pas été logique dans le cadre de l’expérience de démocratie participative que représente l’Union de la Droite Patriote.

L’Union de la Droite Patriote: depuis 2001, et pour longtemps encore ?

Je l’espère. Je le pense en tout cas. Il n’y a aucune raison que nous cessions notre activité permanente de démocratie participative, surtout qu’elle est nationale. Nous ne renoncerons pas non plus à notre activité politique, militante, sur le terrain, à Brest, en Bretagne et dans les contrées avoisinantes. Au cours du mois de janvier 2010, l’Union de la Droite Patriote se réunira pour la neuvième fois consécutive, cette fois ci à Cambrai, afin d’élire son secrétaire général dans le cadre d’un nouveau mandat de quatre ans; le précédent que j’exerce ayant cours de 2005 à 2009. Nos lectrices et lecteurs en seront par ailleurs informés en temps utile: le 4 janvier 2008 doit avoir lieu, à Reims, la deuxième réunion du Cercle responsable des Jeunesses Patriotes dans le cadre du 7° Congrès de Reims de l’Union de la Droite Patriote.


   
7° CONGRES DE REIMS


Un congrès annuel depuis 2001
Un comité directeur élu pour 4 ans depuis 2002
Un secrétaire général élu pour 4 ans depuis 2002
Un président de congrès désigné en son sein par le comité directeur depuis 2007
Une première participation aux élections municipales et cantonales de 2008
Une centaine d’adhérents et militants


 

 

Publié dans L'Union de la Droite Patriote autour d'Alexandre de Juziers | Laisser un commentaire